Actualité : lancement officiel du Rapport 2018-2019 du Réseau ouest-africain d'épidémiologie sur la consommation de drogues (WENDU)

15/9/2021
PDF

Le Rapport 2018-2019 du Réseau ouest-africain d'épidémiologie sur la consommation de drogues (WENDU), les Statistiques et tendances de l’usage et de l'offre de drogues illicites a été lancé mardi 14 septembre 2021, par le Général Mohammad Buba Marwa Président, du Service nigérian de détection et de répression des infractions liées à la drogue, lors d’une rencontre virtuelle..

Les participants issus des 15 Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) plus la Mauritanie, ainsi que des responsables du bureau de la CEDEAO, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, etc., ont pris part à cette rencontre virtuelle.

Dans sa communication, le Directeur Général du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) Kimelabalou ABA a rappelé que « le trafic de drogue est devenu une préoccupation majeure en Afrique de l’ouest » et que « cette situation a des implications considérables pour le blanchiment de capitaux et l’intensification de la criminalité dans ces différentes facettes dans la région ».

« C’est dans le souci de faire face à cette menace qui se pose à la sécurité, à la santé publique et à la réputation de notre région dans le monde, que la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO au cours de sa 32e Session ordinaire, a exprimé de sérieuses craintes face à la recrudescence du trafic de drogue dans la région, et donné mandat à la Commission de la CEDEAO de prendre des mesures urgentes pour présenter un rapport sur les efforts déployés pour endiguer la vague », a dit Kimelabalou ABA, avant d’ajouter qu’en outre, « consciente de l’utilisation dangereuse des produits générés par le trafic de drogue dans le financement du terrorisme, notre communauté a accordé une place de choix à la lutte contre le trafic de drogues dans le plan d’action relative à la lutte contre le terrorisme en sa composante 06 ».

M. ABA a préconisé que des solutions durables soient proposées pour pallier le manque de données fiables, utiles à la formulation des politiques et l'évaluation des interventions dans la région.


Pour ce faire, le présent rapport WENDU 2018-2019 du Réseau Ouest-africain d'Épidémiologie sur la Consommation de Drogues représente donc pour la CEDEAO et les Etats membres une réponse au besoin de la disponibilité de données valides et fiables sur la consommation et le trafic de drogues illicites, a souligné le DG de la GIAB.

Ainsi, il a précisé que « le rapport livre des informations factuelles sur les tendances en matière de consommation afin de guider les professionnels et les décideurs de la région pour la conception et la mise en œuvre de politiques adéquates à la question de l’offre et de la demande de drogues ».

Par ailleurs, le DG de l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) Prof. Stanley Okolo a estimé que les jeunes consomment de plus en plus la drogue dans la région ouest africaine. Pour lui, les conséquences de cette consommation de la drogue s’explique par les suicide, les violences au sein de la couche juvénile de la région.

« La nécessité d’agir est aujourd’hui plus importante », a-t-dit, avant de rappeler que l’OAS a déjà validé un plan général de lutte contre le trafic de drogue et la circulation des médicaments illicites. Et c’est pourquoi, selon lui, en 2019 son institution (OAS) a engagé OSIWA pour mener une enquête sur l’origine et le chemin des médicaments dans la sous-région.

Le Prof. Okolo a noté aussi que les recommandations de cette enquête soient appliquées par les Etats membres de la CEDEAO, afin de résoudre ce problème de santé publique liée à l’utilisation des médicaments illicites.

Pour sa part, M. Francis Torkonwo, Directeur général de la Commission de contrôle des stupéfiants (NCC) a estimé que le trafic de drogue est un défi considérable pour les Etats membres de la CEDEAO et la Mauritanie et que le WENDU permet de renforcer la collaboration entre les pays. Il a interpellé les points focaux dans leur rôle de collecte des informations sur le trafic de drogues et des médicaments.

Dr. Olubusayo Akinola, Responsable de programme, Réduction de la demande de drogue a procédé à la présentation des principales conclusions du Rapport 2018-2019 sur les drogues en Afrique de l'Ouest. Selon lui, ce rapport qui est en réalité un véritable indicateur a pour objectif de réduire le trafic de drogue dans la sous-région.

Le rapport présente le nombre de saisies et les quantités dans les différents pays membres de la CEDEAO et la Mauritanie ainsi que les types de drogue trafiquée.

Il ressort lors de la présentation du rapport WENDU que dans l’ensemble, le cannabis, les opioïdes pharmaceutiques, la Cocaïne, le khat, la cocaïne, l’héroïne, la méthamphétamine et les principaux précurseurs chimiques de la méthamphétamine tels que l’éphédrine, ont été les principales drogues saisies en Afrique de l’Ouest au cours de la période de référence.

Le cannabis continue de représenter la plus grande quantité de drogue saisie dans la région. Un total de 1082 tonnes de cannabis a été saisi au cours de la période de référence. Des saisies d’opioïdes pharmaceutiques ont été enregistrées au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, au Niger, au Nigéria, au Sénégal et au Togo.


Par ailleurs, les 129 tonnes d’opioïdes pharmaceutiques saisies au cours de cette période, plus de 19 millions de comprimés de tramadol de divers dosages et formes pharmaceutiques auraient été saisis dans la région. De même, la cocaïne était la deuxième drogue la plus couramment saisie en Afrique de l’Ouest. Au cours de la période sous revue, il a été saisi un total de 16,63 tonnes de cocaïne et Cabo Verde représentait plus de 66% des saisines dans la région.

En ce qui concerne les mesures de répression, les arrestations dues à des infractions liées à la drogue ont augmenté de manière significative au cours de la période sous revue. Au total, 40 526 (11 pour 100 000 ) arrestations dues à des infractions liées à la drogue ont été effectuées dans l’ensemble en 2018 et 2019, contre un total de 29 484 (8,54 pour 100000) arrestations totales en 2016 et 2017.

Sur les traitements et prise en charge liés à la consommation des drogues, le cannabis reste la principale drogue pour laquelle des personnes suivent un traitement en Afrique de l’Ouest, représentant plus de cinquante-cinq pour cent (55 %) de toutes les admissions en traitement en 2018 et 2019.


A propos de l'âge, les données indiquent une ventilation des personnes entrant en traitement par âge, allant de 10 à 65 ans Cependant, les troubles liés à l’utilisation de substances étaient plus fréquents chez les personnes âgées de 15 à 44 ans que chez les plus âgés en 2018 et 2019. Ce rapport a aussi révélé que 1,7% des personnes traitées contre les TUS au cours de la période 2018-2019 étaient âgées de 10 à 14 ans, ce qui implique que l’initiation précoce à la consommation de substances se produit souvent dans certains contextes.

Avant de lancer officiellement le rapport WENDU le Général Mohammad Buba Marwa, président du Service nigérian de détection et de répression des infractions liées à la drogue a déploré l’augmentation de la tendance de consommation des drogues dans le monde en se basant sur des données fiables.

Il a rappelé que selon le Rapport mondial sur les drogues 2020, on estime que 269 millions de personnes représentant 5,3% de la population mondiale auraient consommé de la drogue en 2018 contre 210 millions en 2009, soit 4,8%.

Le Général Marwa est revenu sur le cas spécifique de la sous-région ouest africaine qui serait considérée de nos jours comme une plaque tournante dans le trafic de drogues dans le monde. Et c’est pourquoi dit-il, selon la projection des facteurs démographiques, d'ici 2030, le nombre de personnes consommant des drogues devrait augmenter de 11 % dans le monde et jusqu'à 40 % rien qu'en Afrique.


En guise de conclusion, il a invité les Etats membres de l’espace CEDEAO à faire usage du présent rapport WENDU dans la formulation des politiques sectorielles de lutte contre le trafic de drogue, tout en impliquant davantage les points focaux nationaux desdits Etats.

C’est sur ces mots, que le Général Mohammad Buba Marwa a declaré officiellement lancé, le Rapport du Réseau ouest-africain d'épidémiologie sur la consommation de drogues (WENDU) sur les statistiques et les tendances sur la consommation et l'offre de drogues illicites 2018-2019, sous la acclamation des participants à la réunion virtuelle de ce mardi 14 septembre 2021.

Lansana CAMARA
Journaliste et Administrateur général
www.conakrylive.info

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.