Affaire détournement de 200 milliards : les explications peu convaincantes du ministre du Budget

11/12/2020



Hier jeudi 10 décembre, le ministre de l'économie et des finances entouré de celui du Budget et celui du gouverneur de la Banque Centrale de Guinée de la République a animé un point de presse à Conakry, portant sur La loi de finances rectificative et la conclusion des 5ème et 6ème revue du programme de Facilite Elargie de crédit, avec le FMI.

A propos du prétendu détournement de 200 milliards GNF par la ministre de l'enseignement technique et de la formation Zenab Nabayah Dramé, le Ministre du budget Ismaël Dioubaté a apporté sa part de vérité dans ledit dossier.

« L'exercice est très difficile et compliqué, parce le gouvernement a fait un communiqué sur la question et l'affaire est à la justice mais on peut faire un effort sur l'exercice. Ce qui est très compliqué dans cette histoire qu'on a vu dans la presse, c'est que il y a aucune indication sur des montants séparés, on ne parle pas du temps, mais on fait des affirmations », a précisé le ministre.

Poursuivant, il rappel « je pense je ne vais pas me mettre à reconstituer les faits, la justice le fera et le moyen que le procureur se donnera pour faire une reconstitution. Mais je vais prendre certaines questions au tour de certaines activités. La première activité c'était l'organisation des concours de sortie et de recrutement au niveau de l'enseignement technique. Ça fait 2 ans le budget prévoit au titre de cette action 27 milliards de francs guinéens. Cette année donc c'était effectivement inscrit dans le budget du Ministère de l'enseignement technique et de la formation professionnelle. Le montant de 27 milliards de francs devait servir à la fois à l'organisation du concours de sortie et à l'examen d'entrée des écoles professionnelles. Comme vous devriez savoir, les examens devraient être organisés au mois de juillet 2020. En Conseil du ministre, il a été décidé d'envisager les mesures de distanciation sociale afin que les examens se déroulent dans les conditions sanitaires acceptables. Ce qui a amené de faire une prorogation de crédit pour le ministère de l'enseignement technique, à titre illustratif, l'enseignement technique pour chaque salle d'examen mettait 30 candidats par salle et pour respecter des mesures barrières sanitaires on a fait 15 par salle, ce qui signifie automatiquement que le nombre de centre va être augmenté par 2 et on va augmenter le nombre de correcteurs en 2 on va augmenter le nombre de superviseur en 2. Et l'autre aspect les surveillants qui devraient aller à l'époque pour surveiller les examens ont demandé de rehausser un peu les primes de transport. C’est ce qui a amené à accorder un crédit supplémentaires de 15 milliards à l'enseignement technique soit 43 milliards et quelques. Je tiens à préciser que l'activité n'est même pas exécutée totalement parce que la première phase a été exécutée le mois de juillet et la seconde phase va être au mois de décembre pour des concours d'entrée. Donc les 43 milliards ne sont même pas d'abord totalement dépensés parce que l'activité est en cours, ça c’est concernant les examens d'entrée.
On a parlé de 35 milliards pour l'équipement des centres de formation professionnelle de Siguiri, Kankan, kouroussa et N'zerekore pour un montant de 35 milliards. Et vous vous souviendrez que depuis la fête tournante de l'indépendance, en forêt et en haut Guinée, ces centres-là ont été construits mais jusqu'à maintenant ils ne sont pas équipés on a instruit il faut qu'à l'ouverture prochaine que ces centres-là soient équipés. Et lorsqu’on m’a demandé de crédits, j’ai exigé un tableau de prévision signé par le directeur des services d’examens de l’enseignement technique et qui accompagne la lettre du ministre. Pour les autres 35 milliards pour l’équipement des centres, les mêmes documents ont été demandés par mon département pour voir si les montants demandés correspondent aux besoins réels.



A propos du contournement du ministère du plan dans le traitement des dossiers pour les projets d’investissement, c’est une mauvaise compréhension de la nouvelle nomenclature budgétaire. Tout ce qui est équipements et matériels de bureau, les ministères peuvent lancer les commandants et faire leur passation du marché, sans passer par le ministère du plan.

Pour finir sur ce dossier, c’est qu’à date les 35 milliards sont sur le compte du payeur général du trésor, parce que tout simplement en matière de finance publique, c’est le service fait qu’on paie.je ne voulais pas anticiper sur les conclusions de la justice, mais voilà un peu ce que je pouvais dire à propos de ce dossier ».

www.conakrylive.info

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.